accoutumé

accoutumé, ée [ akutyme ] adj.
• de accoutumer
1Ordinaire, habituel. « Il faisait sa promenade accoutumée » (France). À l'heure accoutumée.
2Loc. adv. À L'ACCOUTUMÉE : à l'ordinaire. Il est passé à 8 heures, comme à l'accoutumée, comme de coutume.

accoutumé, accoutumée adjectif Qui est habituel : Se retrouver à l'heure accoutumée.accoutumé, accoutumée (synonymes) adjectif Qui est habituel
Synonymes :
Contraires :
- étrange
- inaccoutumé

accoutumé, ée
adj. Ordinaire, habituel. Se promener à l'heure accoutumée.
|| Loc. adv. Comme à l'accoutumée: comme d'habitude.

⇒ACCOUTUMÉ, ÉE, part. passé et adj.
I.— Habitué (à).
A.— [En parlant de pers.] :
1. Placide, David s'avança de son pas mou, lorsque M. Degouy apparut, et il lui prit des mains sa bougie et la bouteille, accoutumé aux habitudes de son maître, jamais surpris de ce qui provenait de ce cercle d'individus dont il surveillait les mouvements.
J. CHARDONNÉ, L'Épithalame, 1921, p. 22.
2. « Nous sommes toutes les mêmes! » se disait-elle. Il la croyait différente des autres, déjà formée pour le mariage, accoutumée à lui, vieille par l'expérience du cœur. Elle en avait l'air, mais en se contraignant un peu pour lui plaire.
J. CHARDONNÉ, L'Épithalame, 1921 p. 180.
Suivi de la prép. avec :
3. ... son fantôme ne m'effrayerait pas? Je me sens aussi tranquille à présent et aussi accoutumée avec vous que si vous étiez mon frère et moi votre sœur!
A. DE LAMARTINE, Nouvelles Confidences, 1851, p. 188.
Suivi d'un syntagme inf. :
4. ... en homme accoutumé à être maître chez lui. Sur quoi il fut saisi, déporté à l'intérieur du côté de Tours, jugé sur le rapport des chefs militaires, et resta en prison dix-huit mois.
ALAIN, Propos, 1931, p. 1001.
B.— [En parlant des facultés d'une pers., des sens...] :
5. En distinguant un pas que le bruit des éperons rendait insolite pour des oreilles accoutumées au marcher monotone des gens de la campagne, l'homme se tourna vers Genestas en manifestant une sorte de surprise, partagée par la vieille.
H. DE BALZAC, Le Médecin de campagne, 1833, p. 19.
6. Thérèse et Robert, les yeux accoutumés à l'obscurité, se mouvaient aisément parmi les objets familiers.
A. FRANCE, Le Lys rouge, 1894, p. 62.
Rem. Avec inversion après le régime indir. :
7. ... Il m'enferme aussitôt dans une tour obscure;
Et cependant son bras, au meurtre accoutumé,
N'osa verser le sang d'un barde renommé.
P.-M.-F.-L. BAOUR-LORMIAN, Ossian, 1827, p. 148.
II.— Habituel, familier, ordinaire (Cf. accoutumer I, rem.; accoutumer qqc.).
A.— Rare. [En parlant de pers. ou d'animaux] :
8. Les jeunes sauvages avoient enlevé le sachem au milieu du tumulte, et l'avoient reporté aux Natchez; mais Céluta retrouva son protecteur accoutumé. Le péril, qui paraissoit imminent, avoit forcé Chépar de lever les arrêts de d'Artaguette :...
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Les Natchez, 1826, p. 361.
9. ... Il a faim. À défaut
De gazelle ou de daim, sa proie accoutumée,
C'est de la chair, vivante ou morte, qu'il lui faut.
Ch.-M. LECONTE DE LISLE, Poèmes tragiques, La Chasse de l'aigle, 1886, p. 54.
B.— [En parlant de choses] :
10. L'empereur avait coutume de considérer cette affaire sous deux rapports très distincts; celui du droit commun ou de la justice établie, et celui du droit naturel ou des écarts de la violence. Avec nous il raisonnait volontiers, et d'ordinaire d'après le droit commun, et l'on eût dit que c'était à cause de la familiarité existante ou de sa supériorité sur nous qu'il daignait y descendre, concluant habituellement, par son adage accoutumé :qu'on pourrait lui reprocher peut-être d'avoir été sévère,...
E.-D. DE LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 2, 1823, p. 382.
11. ... mais si dimanche, vers le soir, vous me voyez entièrement vêtue de noir, à la fenêtre accoutumée, ce sera le signal que la nuit suivante tout sera disposé autant qu'il est possible à mes faibles moyens.
STENDHAL, La Chartreuse de Parme, 1839, p. 361.
12. ... le cœur lutte vainement pour envoyer dans les vaisseaux pulmonaires la quantité de sang accoutumée...
CADET DE GASSICOURT, Traité chimique des maladies de l'enfance, t. 1, 1880-1884, p. 219.
13. Il s'exhalait d'elle et du petit cadre que toute femme se crée inconsciemment en quelque lieu qu'elle se trouve, une atmosphère à la Chardin : ce tiède silence, ce calme des figures et des attitudes attentives — (un peu engourdies) — à leur tâche habituelle; la poésie de l'ordre quotidien, de la vie accoutumée, des pensées et des gestes prévus, prévus à la même heure et de la même façon, et qui n'en sont pas moins aimés, avec une pénétrante et tranquille douceur;...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, Dans la maison, 1909, p. 1040.
14. ... des idées qui ne seraient pas suggérées par le mouvement accoutumé des doigts...
I. STRAVINSKY, Chroniques de ma vie, 1931, p. 173.
Rem. 1. Syntagmes fréq. : cours accoutumé, place accoutumée, heure accoutumée.
Rem. 2. Loc. adv. (comme) à l'accoutumée :
15. Au milieu d'un repas, où cependant Laure, comme à l'accoutumée, était restée silencieuse :
— Vous semblez joyeuse, ces jours-ci, dit-elle, chère Mademoiselle Laure. C'est cette journée exquise?... Laure la dévisagea, sourit :
— C'est cela même. Je ne me sens bien vivre que lorsqu'il fait beau temps.
DANIEL-ROPS, Mort, où est ta victoire?, 1934, p. 156.
Cette expr., qui remplace l'a. fr. accoutuméement, appartient à l'orig. à la ,,conversation commune`` (Trév. 1704), au ,,style familier`` (Ac. 1740-1798); elle est ensuite jugée vieillissante ou vieillie par l'Ac. [Il vieillit (Ac. 1740), il est vieux (Ac. 1878), il a vieilli (Ac. t. 1 1932)].
Rem. 3. Pour la loc. vieillie avoir accoutumé de + inf., cf. accoutumer III.
Prononc. — Enq. :/1/.
STAT. — Fréq. abs. litt. :1 616. Fréq. rel. litt. :XIXe s. : a) 3 931, b) 2 087; XXe s. : a) 1 788, b) 1 323.

accoutumé, ée [akutyme] adj.
ÉTYM. D. i. (après 1170); p. p. de accoutumer.
1 Accoutumé à (qqn, qqch.), habitué à (qqn, qqch.). || Il se tut, accoutumé à ses colères. || Les yeux accoutumés à l'obscurité.
2 Ordinaire, familier. Habituel. || S'installer à sa place accoutumée.
1 Ta portion accoutumée (…)
La Fontaine, Fables, VIII, 17.
2 Reprendre auprès de moi ta place accoutumée.
Corneille, Cinna, V, 3.
3 L'aube éveille le nid à l'heure accoutumée.
Hugo, les Châtiments, IV, 10.
4 Il faisait sa promenade accoutumée par la ville.
France, l'Anneau d'améthyste, p. 85.
5 (…) toute chose excessive et hors de l'ordre accoutumé.
France, le Petit Pierre, XVI.
3 Loc. adv. À l'accoutumée, à l'ordinaire, comme de coutume. || Tout s'est passé comme à l'accoutumée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • accoutumé — accoutumé, ée (a kou tu mé, mée), part. passé et adj. 1°   Qui a pris une habitude. Accoutumé à la guerre. Accoutumé, dès la jeunesse, aux luttes populaires. Tribu accoutumée à vivre sous les armes. Peu accoutumé à entendre la vérité. •   Une âme …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • umé — accoutumé allumé allumée antifumée assumé bitumé calumet consumé costumé déplumé désaccoutumé désenfumé embrumé enfumé enrhumé exhumé fumé fumée humé humée inhumé pare fumée parfumé plumait plumet plumée présumé raccoutumé rallumé remplumé rhumé… …   Dictionnaire des rimes

  • utume — accoutume coutume désaccoutume raccoutume réaccoutume …   Dictionnaire des rimes

  • utumé — accoutumé désaccoutumé raccoutumé réaccoutumé …   Dictionnaire des rimes

  • accoutumer — [ akutyme ] v. tr. <conjug. : 1> • acustumer fin XIIe; de 1. a et coutume I ♦ Vx Avoir accoutumé une chose, l avoir prise comme habitude. ⇒ accoutumé. Littér. Avoir accoutumé de faire qqch., en avoir l habitude. « À la Bastille, où il avait …   Encyclopédie Universelle

  • accoutumer — (a kou tu mé) 1°   V. a. Faire prendre une coutume. Vous avez accoutumé votre fils à ne point vous cacher ses secrets. Accoutumer un taureau à la charrue. Accoutumer un État libre à la servitude. •   Il accoutuma ses troupes à.... La bonne… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • accoutumer — Accoutumer, act. acut. Est usiter et prendre en coutume quelque chose, Assuescere, Consuescere, Consuefacere, Assuefacere, l Espagnol dit de mesme, Acostumbrar, Et est composé de A preposition, et Coutumer. Accoutumer une ville libre à son… …   Thresor de la langue françoyse

  • ACCOUTUMER — v. a. Faire prendre une coutume, une habitude. Accoutumer quelqu un à quelque chose. Je l ai accoutumé à faire telle chose. Il avait peine à travailler, mais on l y a accoutumé. Il faut accoutumer de bonne heure les enfants au travail, à la… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ACCOUTUMER — v. tr. Amener à prendre une habitude. Accoutumer quelqu’un à quelque chose. Il faut accoutumer de bonne heure les enfants au travail, à la fatigue. Accoutumer un cheval à galoper sur le bon pied. Il est accoutumé à se lever de bonne heure, à se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • inaccoutumé — inaccoutumé, ée [ inakutyme ] adj. • 1380, rare av. XVIIe; de 1. in et accoutumé 1 ♦ Qui n a pas coutume de se produire, de se faire. ⇒ anormal, inhabituel, insolite. Une agitation inaccoutumée. 2 ♦ Littér. Qui n est pas accoutumé, habitué à. «… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.